tra
du
cti
on

Phasellus sapien ligula, consequat quis blandit non, placerat sit amet nibh. Nulla lacinia vehicula leo, ac sodales.

La traduction : d’une langue à une autre

La traduction consiste à transposer un texte écrit d’une langue à une autre.

Mais au-delà de cette définition simpliste, l’art (ou la science, le débat est toujours ouvert) de la traduction de textes réside dans la transposition la plus fidèle possible du sens et du style d’un message de départ dans une langue d’arrivée naturelle et fluide. Métier de l’ombre, la traduction est un processus plus complexe qu’il n’y paraît.

« Un bon traducteur est exactement comme un ninja. », dit Etgar Keret. « Si on le remarque, c’est qu’il est mauvais ».

Traduire sens et style

Que faire lorsqu’il faut choisir entre sens et style? Faut-il préférer le sens, soit le message lui-même et les éléments qui le composent, tels que ses référents culturels, son sens connoté, son deuxième degré, etc. ou préserver à tout prix le style et la personnalité de l’auteur?

Que faire encore lorsqu’un texte publicitaire parle de hockey alors que le pays auquel il est destiné n’a jamais connu l’hiver? Lorsque les mots pour décrire quelque chose de plutôt banal dans la langue de départ n’existent même pas dans la langue d’arrivée?

Oui, traduire un texte peut se révéler ardu lorsque les concepts culturels évoqués dans une langue ne résonnent pas nécessairement dans une autre, ou lorsque le style très ornementé d’un auteur nuit à la compréhension du message.

Pour pallier à ces possibles incohérences sémantiques ou stylistiques, le traducteur doit être un professionnel aussi polyvalent que résilient et la traduction, une discipline flexible bien que précise. Il n’empêche qu’une traduction de qualité est rédigée dans une langue impeccable; un bon traducteur doit donc aussi faire preuve d’une rigueur linguistique sans pareil.

Vous l’aurez compris, la traduction d’un site web comme d’un texte technique ou d’une œuvre littéraire est un processus délicat qui demande temps et application.

La traduction à l’ère de la technologie

Comme tous les grands changements, l’avènement de la traduction assistée par ordinateur qui, à l’époque, avait révolutionné le domaine et permis la mise en place des outils d’aide à la traduction aujourd’hui indispensables à la pratique, effrayait les puristes.

Dans tous les domaines, on parle de plus en plus d’automatisation, d’intelligence artificielle et d’apprentissage machine (Machine Learning). La traduction n’y échappe pas.

Pour certains, la traduction automatique (entièrement réalisée par un programme informatique) promet de reléguer le traducteur au rang de correcteur, de réviseur, de préposé à l’entretien des machines ou d’enrichisseur d’algorithmes pour les services linguistiques en ligne tels que Google Traduction.

Mais si la traduction automatique est idéale pour permettre la transmission superficielle et rapide de quantités massives de connaissances, elle n’est pas sans failles. Certaines communications délicates telles que :

  • les textes politiques,
  • les communiqués de relations publiques,
  • les messages publicitaires, garants de l’image d’une marque,
  • les curriculum vitaes et lettres de motivation, porteurs de l’expertise et de la personnalité d’un candidat,
  • les textes techniques demandant une connaissance approfondie du domaine concerné,
  • les textes légaux, médicaux, fiscaux,
  • les documents officiels

  • demanderont toujours une touche humaine. Il suffit d’une erreur dans le manuel d’entretien d’un hélicoptère, ou d’un faux pas dans les excuses publiques d’un politicien pour engendrer des conséquences désastreuses à différents niveaux!